Archives 2012

Du 5 au 12 décembre, nous avons accueilli à Mornant une délégation de la municipalité de Sapouy. Le 6 décembre a été officiellement signée la charte de jumelage-coopération entre nos deux communes.

Le programme du séjour de la délégation sapouyenne

La cérémonie de signature de la charte de jumelage (vidéo)

Quelques photos du séjour de la délégation (diaporama)

Le cadeau de la commune de Sapouy à la commune de Mornant : Monographie de Sapouy (situation géographique, caractéristiques physiques, données socio-démographiques, ...) :

Monographie de Sapouy

Cet automne, les séjours à Sapouy de Geneviève et René Clerjon et d'Anne-Lise et Jean Sébastien Arnoux ont permis de finaliser la venue de la délégation sapouyenne.

CR en images et en musique du séjour d'Anne-Lise et Séb !

Karité, Spiruline, Bio-Gaz à Sapouy (reportage de Séb)



Archives 2011

Projet Burkina Sol : des panneaux photovoltaïques et des LED basse consommation pour l'école maternelle de Sapouy ! Les 4 étudiants de Burkina Sol vous donnent rendez vous ce Samedi 9 Avril de 11h à 15h sur la place des arbres de Mornant. Ils organisent un concert de soutien et une vente de saucisses frites dans le but de récolter quelques fonds pour la réalisation du projet. Venez nombreux soutenir cette action. Grâce à votre participation , vous apporterez un peu de lumière à cette petite école du centre de l'Afrique.

Bebey Prince Bissongo et son groupe d'afro-beat ont enflammé, le 19 mars dernier, la soirée festive organisée par AMS à la salle Noël Delorme de Mornant !

Compte rendu de la soirée ici : Article et Photos

Flyer ici : Flyer NetB Bebey Prince Bissongo en concert

Un court extrait du spectacle de Mornant :

Pour mieux connaître Bebey Prince Bissongo, une vidéo ici :

Bebey Prince Bissongo (vidéo TLM)


Archives 2010


Burkina Faso 2003-2012 - Octobre 2007 : Commémoration pour les 20 ans de l'assassinat de Thomas Sankara

Journal du jeudi n°839 du 18 octobre 2007

Caricature de Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et Mariam Compaoré, son épouse

Pour honorer les morts, les uns portent leur deuil, les autres leurs bijoux.

Gaston AndrÈoli



Tombe de Thomas Sankara

San Finna N°435 du 15 au 21 Octobre 2007

15 OCTOBRE : APPROBATIONS ET DESAPPROBATIONS AUTOUR D’UNE COMMEMORATION CONCURRENTIELLE SOUS HAUTE TENSION

Ce 15 Octobre, pour être exceptionnel, l’est vraiment en raison certainement des 20 ans qui nous séparent du jour où Blaise Compaoré a pris le pouvoir en marchant sur le sang de son frère d’armes, Thomas Sankara. C’est aussi un crû particulier parce que, cette fois-ci, le camp Compaoré a décidé de célébrer en même temps que le camp Sankara, l’évènement. Voilà qui suffit à placer ce 20 ème anniversaire dans un contexte conflictuel. Ce n’est pas tout. Alors que de part et d’autre, on bat le rappel de participations extérieures pour donner plus d’amplitude au plan international à l’évènement, il y a à côté la révolte militaire, qui sourde, qui s’affirme même, non sans une commisération réelle d’une large partie de la population qui regarde toute cette agitation autour du 15 sans toujours y trouver véritablement son compte. Que dit-on, que fait-on des deux côtés ? Quelles sont les réactions ?

I. LA COMMEMORATION DU COTE COMPAORISTE

Du côté de la galaxie présidentielle, on a mis les petits plats dans les grands puisque les festivités ont commencé le 10 octobre et sont prévues jusqu’au 21 du mois. Voilà le programme spécifique du 15 octobre qui déjà en atteste, suivi d’un petit mot sur le FEDAP/BC, Fédération des associations pour le progrès et la paix avec Blaise Compaoré.

PROGRAMME DU LUNDI 15 OCTOBRE

- 7 heures : Animation à l’aéroport
- 8 h : Rue marchande à la Maison du Peuple
- 8 h : Exposition photos à la Maison du Peuple
- 10 h : Travaux du Colloque International sur le thème : Démocratie et

Développement en Afrique à la salle de conférence de Ouaga 2000

- 15 h : Marche-Meeting à la Place de la Nation _ Rond Point des Nations
Unies (toute la journée, marches meeting, animations culturelles et activités sportives dans toutes les régions et provinces)

- 20 h : Soirée culturelle en l’honneur des invités au Complexe Présidentiel
de Ouaga 2000

FEDAP/BC / Un seul esprit : Coaliser toutes les associations qui viennent en soutien au programme de Blaise Compaoré

Et c’est fait : depuis deux semaines déjà, étaient diffusés par les ondes des spots relatifs à l’installation officielle des membres du bureau de la Fédération des associations pour le progrès et la paix avec Blaise Compaoré. Depuis le mercredi passé, dans une salle des banquets de Ouaga 2000, totalement comble, les différents membres de cette fédération ont été présentés.

Dans l’assistance, des militants du CDP venus des 4 coins du pays et bien de militants de la première garde du parti au pouvoir, sans oublier les opérateurs économiques qui soutiennent farouchement toute initiative de soutien au chef de l’Etat.

Dans l’immense salle, on lisait par ci par là, des slogans glorifiant Blaise Compaoré : « Nous n’avons pas le pétrole mais nous avons Blaise Compaoré ».
Un autre slogan non moins remarquable et qui a fait autant de coins de sourire que le précédent, c’est celui qui dit que « Les Notables et coutumiers soutiennent Blaise Compaoré pour la paix et le progrès ».

C’est après une prestation d’un artiste bien prisé de la place que Mr Assimi Koanda, Directeur de cabinet du chef de l’Etat et initiateur de cette fédération, a présenté le procès-verbal de constitution du FEDAP/BC. C’est aussi dans cette rengaine qu’il a officiellement installé les membres du bureau.

Nous avons retenu ces six noms à l’intention de nos lecteurs :

Président: Soubeïga Gaston
1er Vice Président: Nayaoghin Gérard
2ème Vice Président: Seydou Traoré
Secrétaire général: Ernest Ilboudo
Secrétaire général adjt: Mariam Compaoré
Chargés de la presse: Gnama Baco Drabo et Ambroise Tapsoba

Les principaux présidents d’honneur ont été aussi présentés ainsi que (chose extraordinaire) des présidents d’honneur régionaux.

Présidents d’honneur: Oumarou Kanazoé
Djanguinaba Barro
Amadou Barro
Victor Tiendrébéogo (Larlé Naaba)
Alizeta Gando Ouédraogo
Lassiné Diawara.

Un bureau qui devrait être fortement soutenu, au vu de l’importance de la surface financière des suscités.

Les lignes directives de la fédération seront par la suite présentées à l’assistance.

Nous retiendrons qu’elle oeuvrera comme une instance de veille des personnalités morales du pays et dénoncera les intolérances de toutes natures susceptibles de fractures sociales.
Voilà ainsi créée une association sur la scène, qui vient encore solliciter auprès de tous les nationaux, un droit de pérennisation au pouvoir de Blaise Compaoré pour la paix et le progrès.


II. LA COMMEMORATION DU COTE SANKARISTE

On s’est aussi plié en quatre pour donner du corps à cette 20 ème commémoration tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ca n’a pas été facile surtout que les salles retenues ont été refusées, que la TNB a interdit la diffusion du spot… Et évidemment, les moyens étaient très très loin de ceux déployés par le camp opposé mais on sentait une réelle ferveur chez les organisateurs de cette commémoration. Ils prévoyaient la projection des films « Sankara, l'homme intègre » de Robin Shuffiel, et « Fratricide au Burkina Faso » de Thuy-Tien Ho. Les organisateurs ont également retenu des concerts animés par des artistes comme Sam's K le Jah, Smokey et le chanteur sénégalais Awadi. Tout ceci sans compter avec la « cerise sur le gâteau », la venue après toutes ces années de la veuve de Thomas Sankara, Mariam, prévue pour le dimanche 14 octobre. La Caravane venue d’Europe devait arriver de Bobo à Ouagadougou vers 14 heures ce dimanche 14.

Voici ci-dessous le planning de la journée du 15 Octobre, l’appel à partir de Dakar pour exiger à nouveau la lumière sur l’assassinat de Thomas Sankara et un résumé du Symposium sur l’idéal sankariste qui se tient en ce moment à Ouagadougou.

PROGRAMME DU LUNDI 15 OCTOBRE

Point sur le dossier judiciaire de Thomas Sankara par Me Dieudonné Nkounko et Me Sankara à l’Atelier Théâtre du Burkina (ATB) à 10 h

Panel de la délégation espagnole à l’ATB après le point de presse des avocats

Dépôt de gerbes sur la tombe des suppliciés à 16 heures

 

Conférence de presse à Dakar
On exige encore et toujours la lumière sur l’assassinat

La Campagne internationale justice pour Sankara (Cijs) a encore demandé vendredi dernier à l’Etat burkinabé de respecter les décisions de l’Organisation des Nations unies l’invitant à faire la lumière sur l’assassinat de Thomas Sankara. C’était à l’occasion d’une conférence de presse donnée par le coordonnateur de la Cijs, Aziz Salmone Fall qui a rappelé qu’en 2001, l’Onu a estimé que « la famille de Thomas Sankara a le droit de connaître les circonstances de sa mort, considère que le refus de mener une enquête sur la mort de l’ancien président burkinabé, la non-reconnaissance officielle du lieu de sa dépouille et la non rectification de l’acte de décès, qui constituent « un traitement inhumain à l’égard de Mme Sankara et ses fils, contraire à l’article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et ses deux protocoles ».

De plus, le coordonnateur rappellera que « l’Etat-partie n’a pu expliquer les retards en question sur ce point ; le Comité considère que, contrairement aux arguments de l’Etat-partie, aucune prescription ne aurait rendre caduque l’action devant le juge militaire, seul habilité à le faire ».

Symposium sur l’idéal sankariste
« Osons inventer l’avenir »

Le Symposium qui se tient à l’Atelier de Théâtre burkinabé (ATB) sur le thème « Osons inventer l’avenir », connaît la participation de centaines de personnes venues de Côte d’Ivoire, de France, du Mali, d’Espagne…et bien sûr, de très nombreux Burkinabé. L’objectif de ces échanges, c’est, après avoir passé en revue les idées défendues par le président Thomas Sankara, de voir comment en constituer une doctrine ou un référentiel articulé pour la gouvernance.

Sont évidemment épluchées les différentes interventions de Thomas Sankara affirmant sa position anti-américaine sur la question palestinienne, sa position sur le non-alignement, son vote pour l’indépendance de la Nouvelle Calédonie. Sont aussi analysés ses dénonciations sur les effets pervers de la dette, son choix pour un développement autocentré du pays..

Pour Me Benewende Sankara, avant même la tenue du symposium, il dira qu’il s’agit, à l’occasion de ce symposium, de « revisiter les idées du Capitaine Thomas Isidore Sankara (selon une dépêche d’Apanews du 11 octobre 2007).

III. LES REACTIONS AUTOUR DE LA DOUBLE COMMEMORATION

- Du côté des militaires en protestation

L’armée est entrée dans une autre phase de contestation. Les militaires inscrits pour la retraite semblent avoir entraîné à leur cause leurs camarades en activité autour de revendications intéressant leurs carrières. Le résultat, c’est une menace d’empêcher les marches et autres célébrations le 15 Octobre. Bien que leur mécontentement s’adresse au pouvoir, il va sans dire que si leur menace était mise à exécution, cela ne pourrait que gêner aussi la célébration sankariste. Iront-ils jusqu’au bout ? Certains disent oui, d’autres en doutent (voir notre rubrique Deux sons de cloche).

- Du côté de l’opinion organisée

A l’unique question suivante : « Auriez-vous conseillé à la mouvance présidentielle de commémorer le 15 Octobre en même temps que les Sankaristes ? », nous avons obtenu les réponses ci-après.

Docteur Alain Zoubga, Président de « L’Autre Burkina/Parti pour le Socialisme et la Refondation » : D’abord, je me demande si on peut donner des conseils à ceux qui sont en face. Surtout venant de moi, je crois que ce serait disqualifié à leurs yeux. Tout au plus, mon avis sur justement les commentaires et toutes les décisions prises notamment à travers la presse. En réalité, pour apprécier la situation, moi je vais m’appuyer sur deux paramètres : la nature des évènements du 15 Octobre et l’attitude de la République. Je finirai par un élément, ce que vous appelez conseils.

Je dois dire tout de suite qu’à l’époque, nous avons été dans un état de choc et ces évènements ont marqué la vie de notre pays et continuent de le marquer parce que, plus de 20 ans après, personne ne peut nier que l’effet du 15 Octobre est toujours là. Les choses sont même en train de s’amplifier, de prendre une certains intensité. L’histoire semble se décider dans le sens de ramener toujours au devant de la scène ces évènements avec les éléments horribles tels que les morts d’hommes et autres. Si j’ai une comparaison historique à faire, j’irai d’abord loin, au Chili pour comparer l’assassinat de Allendé à ce qui s’est passé ici, même si la différence est que c’est un régime fasciste qui a assassiné Allendé alors que là, nous avons le malheur de remarquer que ce sont des révolutionnaires entre eux qui ont retourné les armes les uns contre les autres. Une autre comparaison, c’est qui s’est passé à Lomé où Eyadema à son arrivée au pouvoir par un putsch violent, a tué Olympio.

Quand on compare ces deux faits, la situation au Togo reste encore marquée par l’assassinat de Olympio. La situation au Burkina, c’est la même chose. Au niveau du Chili, c’est vrai que la junte fasciste a été balayée mais la situation reste toujours marquée par l’assassinat de Allendé.

Quand je parle du 15 Octobre, pour moi c’est comme si c’était hier. De mes yeux, je revois les scènes, certains acteurs assis par ci par là, et ma mémoire me rappelle l’attitude des uns et des autres. C’était soit au « Conseil » ou à certains endroits où nous échangeons entre révolutionnaire face à des évènements aussi douloureux que ceux-là que nous avions vécu. J’ai vécu les évènements de près et je crois avoir été un des acteurs privilégiés de ces évènements que j’ai connus dès les premiers moments. Tout cela, pour moi, c’est comme si c’était hier.

J’ai eu l’occasion en tant que membre de la Coordination du Front Populaire que j’ai eu l’occasion de diriger dès les premiers moments, d’aller à l’étranger où nous avons été accueillis avec beaucoup de haine, au Mali, au Niger, au Nicaragua.
Aujourd’hui je revois les uns et les autres, le chef de l’Etat en passant par les acteurs clé. Nous avons vécu des moments difficiles parce que, comme je l’ai dit, entre nous révolutionnaires, on a retourné les armes les uns contre les autres. Il y a eu beaucoup de mort d’hommes mais nous étions persuadés que la révolution devait continuer.

J’avoue que me refusant ce que j’ai dit, quand je vois des gens à la télévision qui, de mon point de vue, ne sont pas véritablement qualifiés pour évoquer ces éléments parce qu’ils ignorent beaucoup de choses de l’essence même du 15 Octobre, mais quand on a une mission, il faut avoir un peu de retenue pour ne pas tenir des discours fantaisistes sinon même farfelus, malhonnêtes.

Comment peut-on dire que tout le monde peut fêter ce qu’il veut ? C’est digne d’une déclaration que je qualifie de fantaisiste. Certains ont bénéficié de notre protection dans la dure situation où il fallait les envoyer en lieu sûr. Et je suis encore plus surpris parce que ceux-là qui sont au-devant de la scène pour organiser et fêter le 15 Octobre sont mal placés parce qu’il y a des gens qui, historiquement, sont bien au fait du 15 Octobre et sont à l’intérieur du régime. Ceux-là, je ne les vois pas beaucoup.

Il y en a qui sont mieux placés pour expliquer le 15 Octobre, ses fondements politiques et idéologiques.

Maintenant, parlons du thème.

On est passé d’un thème qui, de mon point de vue, correspondant à la réalité de ce qu’ils veulent faire à un thème qui ne traduit que le mensonge. Le thème du départ était « 20 ans de pouvoir de Blaise Compaoré, ce n’est pas rien » et c’est ça la réalité de ce qu’ils veulent faire. Il faut que Blaise reste là pendant 20 ans, 30 ans, 50 ans, pour que certaines personnes qui gravitent autour de lui continuent à bouffer. Mais ce thème était si gros et assez « bête » qu’on a ramené le thème actuel « 20 ans de renaissance démocratique au Burkina ». Le 15 Octobre n’a pas créé les conditions d’une renaissance démocratique au Burkina : ça je le dis parce que j’y étais. Qu’on se réfère à la première déclaration du 15 Octobre. C’est parce que nous avions conscience que la révolution était en train de faiblir et il fallait donc changer les choses. Sur le terrain, les CDR avaient commis des actes qui nuisaient à la révolution et c’est tout ça qu’il fallait rectifier. Qu’on ne vienne pas parler aujourd’hui de renaissance démocratique. Qu’on consulte la déclaration du 15 Octobre, le mémorandum que nous avions rédigé au niveau de la Coordination du Front Populaire et le discours du président du 19 Octobre qui appelait les forces vives à appuyer l’action du Front Populaire. One ne peut pas dire qu’à la naissance du Front Populaire, l’objectif était de jeter les bases d’une démocratie.

Quand je constate aujourd’hui qu’on veut célébrer cette date, je m’interroge parce que je me demande si politiquement, la république fait quelque chose d’utile. Ceux qui estiment que c’est la date à laquelle ils ont perdu leur camarade, leur leader, ils ont le droit de pleurer. En ce qui me concerne, je crois que politiquement, il y a problème. Pour quelle raison ? D’abord, le 15 Octobre a été un coup d’Etat, et je ne pense pas que dans un Etat, on veuille fêter l’avènement d’un coup d’Etat. Cela ne me paraît pas être une bonne chose, ça peut avoir des relents d’un Etat d’exception.

Deuxième élément : nous sortons d’une situation difficile, d’une situation à l’issue de laquelle il y a eu la Journée du pardon. Je pense que ce pardon vaut aussi pour les victimes du 15 Octobre. Les familles ont dû écouter et accepter ce pardon. Si aujourd’hui vous organisez la fête, cela voudrait dire que le pardon n’était pas fait de façon sincère et honnête ; on remet en cause aujourd’hui les efforts qui ont été déployés par l’ensemble de la communauté notamment les autorités religieuses, la société civile, les coutumiers.. On rallume alors les braises des haines et des rancoeurs.

Troisième élément : nous savons tous que Sankara il n’y a pas longtemps était considéré comme un héros national et il a même été question de monument. Qu’est-ce qu’on fait en fait si aujourd’hui on veut fêter de cette manière là la date de sa mort ?

Ce qui se passe n’a rien à voir avec 20 ans de renouveau démocratique. C’est pas juste.

Autre élément qui politiquement m’inquiète : c’est que dans cette période où nous considérons que nous sommes dans un Etat de droit, où ce pouvoir de mon point de vue doit être au-devant de cette bataille pour les libertés, on refuse aux Sankaristes les salles, les médias.. Cela me paraît être de l’anti-démocratie !

Ousmane Nacro, Président de la LIDEJEL : Le 15 Octobre s’inscrit dans les annales historiques de notre pays comme une date mémorable qui restera à jamais gravée dans la mémoire de nos populations. En ceci que cette date marque la fin du Conseil national de la révolution (CNR) et donc la rupture d’un processus, c’est-à-dire la révolution, et c’est pourquoi elle pourrait aussi marquer l’ère d’un changement par rapport au système qui était déjà en place.

Si on n’est pas d’avis avec ce préalable, il sera difficile alors de parler de 20 ans de renaissance démocratique avec le Président Blaise Compaoré.

Au-delà de cette polémique sur les périodes, je voudrai en tant que défenseur de la liberté, reconnaître aux uns et aux autres leur droit de célébrer cette date en toute liberté, selon leur opinion ; l’existence de cette liberté pour les uns s’accommodant très bien avec celle des autres.

Il reste tout de même que le 15 Octobre est la date à laquelle celui qui, pendant qu’il présidait aux destinées de notre chère Patrie, qui a incontestablement avec ses camarades de l’époque, réussi à faire du Faso un pôle d’attraction et d’admiration pour les plus nombreux et les plus faibles, c’est-à-dire les masses laborieuses, est tombé, j’ai nommé le Président Thomas Sankara.

Pour ma part, la célébration du 15 Octobre comme espoir assassiné ou renaissance démocratique est une journée de Souvenir avec d’énormes enseignements à tirer dont le principal est : plus jamais de prise de pouvoir comme le 15 Octobre 1987.

Et cela exige une prise de conscience de tous et la participation effective de la société entière à la construction d’une démocratie véritable, seul gage d’un développement harmonieux au profit de l’ensemble de nos populations.

Me Hermann Yaméogo, Président de l’UNDD : Oh que non, sauf peut-être à suggérer de procéder autrement. Je m’en explique.

Si le 15 Octobre a eu des résonances évoquant, pour certains une victoire, pour d’autres une douloureuse défaite, et pour d’autres encore (qui n’étaient pas des révolutionnaires sous le CNR), l’enfantement d’une délivrance malheureusement maculée de sang, l’opinion générale relie le 15 Octobre beaucoup plus à la douleur, à la perte dans les conditions traumatisantes que vous savez, d’un homme, et pas n’importe lequel : Thomas Sankara et de ses 12 compagnons.

En général, la bienséance, les us et coutumes commandent chez nous, en de pareilles occasions de souvenir, de ne pas troubler par des réjouissances, le recueillement de ceux qui sont en peine, surtout lorsqu’on en est comptable. D’ailleurs, ce qui a toujours dominé le 15 Octobre de la part des non-Sankaristes, c’est sinon une compassion générale au moins pour le plus grand nombre, une réserve, et le pouvoir a lui-même contribué à cette caractérisation du 15 Octobre de plusieurs façons :

- En n’ayant pas su contrebalancer par un respect scrupuleux des droits de l’homme, de l’indépendance de la justice et des principes démocratiques, le déficit enregistré sur ce plan par le CNR,

- En ne pratiquant pas une politique économique et sociale tournée vers le peuple, ce qui fait que les jeunes en particulier, qui n’ont pas connu les côtés négatifs de la révolution, l’idéalisent aujourd’hui ;

- En adoptant par ailleurs un profil bas à chaque célébration, laissant ainsi comme un monopole aux Sankaristes.

Pour ce 20 ème anniversaire, le pouvoir aurait dû persister dans cette attitude de décence d’autant que l’exigence de vérité et de justice n’a pas pu se prescrire avec le temps ; enfin, nous vivons en cette période d’octobre, d’autres évocations douloureuses qui tiennent aux calamités multiples qui frappent nombre de Burkinabé et pour lesquelles le pouvoir est loin d’avoir fait ce qu’il fallait en termes de manifestations diverses de solidarité. Plus que jamais, il devait donc éviter de se laisser aller à des commémorations grandioses, coûteuses, opaques et pour nombre d’entre elles, festives.

Ceci dit, je comprends qu’avec la charge émotionnelle, politique, médiatique, que renferme ce 15 Octobre avec en particulier la participation des altermondialistes dans un contexte au surplus énervé par le mécontentement au niveau politique, social et surtout militaire, le pouvoir puisse avoir le réflexe de répliquer parce que se sentant menacé. J’aurais alors conseillé de le faire autrement.

En choisissant une autre date : le 19 Octobre, jour de l’Appel de Blaise Compaoré à la rectification en 1987, le 2 juin, date d’adoption de la Constitution en 1991 ou le 1er décembre, date de la première élection présidentielle en 1991.

Faire autrement aussi en adoptant un autre concept, par exemple celui d’évaluation démocratique au lieu de renaissance démocratique, trop controversé puisqu’on pourrait, à mon sens, lui opposer celui d’avortement, de déconstruction ou de dégénérescence démocratique au vu des réalités.

Je trouve aussi qu’au lieu de se lancer dans ces mobilisations tapageuses sur le dos de l’Etat (à la façon « Junte birmane ») qui ne trompent plus personne depuis les Mobutu et autres, et de commander des célébrations par nature apologétiques, il aurait fallu une démarche plus courageuse, plus autocritique dans la perspective de faire un véritable bilan qui nous permette d’en finir avec les ambiguïtés, les mensonges pour repartir sur des bases véritablement consensuelles et pérennes qui nous ramènent dans la normalité démocratique. Au change, une telle commémoration sur fond de rupture, aurait pu susciter moins d’hostilité.


Date de création : 20/10/2007 @ 00:33
Dernière modification : 29/09/2012 @ 17:41
Catégorie : Burkina Faso 2003-2012


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Proverbe burkinabè

Tous les blancs ont une montre mais ils n'ont jamais le temps.


Recherches sur le site





Archives d'AMS
+  AMS 2003 à 2006
+  AMS 2007
+  AMS 2008
+  AMS 2009
+  AMS 2010
+  AMS 2011
+  AMS 2012
+  Semaine Africaine 2004
+  Semaine Africaine 2006
+  Semaine Africaine 2008
+  Sapouy 2003-2012
 -   Burkina Faso 2003-2012

Contacts AMS et Liens

Webmestre
Ecrire à François Morel  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile

^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.08 seconde